reconfortmigraine

Brèves novembre 2017

« La kétamine pourrait s’avérer prometteuse comme traitement des céphalées migraineuses chez les patients pour lesquels d’autres traitements ont échoué », a indiqué Eric Schwenk, directeur de l’unité d’anesthésie orthopédique à l’Hôpital universitaire Thomas Jefferson (Thomas Jefferson University Hospital) à Philadelphie. « Notre étude s’est intéressée uniquement au soulagement à court terme de la douleur, mais il est encourageant de constater que ce traitement pourrait permettre d’aider les patients sur le long terme. Nos travaux jettent les bases pour la conduite de futures études prospectives impliquant un plus grand nombre de patients. »

« En raison de la nature rétrospective de l’étude, nous ne pouvons pas dire avec certitude si la kétamine est la seule responsable du soulagement de la douleur, mais nous avons établi les bases pour mener d’autres études de plus grande envergure », a ajouté le Dr Schwenk.

Brèves juin 2017

INFLUENCE DE LA CONTRACEPTION HORMONALE SUR LA MIGRAINE

La prise d’une contraception peut influencer la migraine en l’améliorant, parfois en l’aggravant, mais aussi parfois n’avoir aucune influence. Mais difficile de classifier selon le type de pilule, les résultats étant souvent aléatoires. Si une migraine apparait lors de la prise de pilule, souvent la migraine surviendra lors des premiers cycles. Avec un risque souvent lié aux antécédents familiaux de migraine et augmente avec l’âge. De même pour les pilules avec une semaine d’arrêt, cette période d’arrêt est favorable aux crises.

Statistiquement les pilules oestro progestatives augmentent le risque de crises tandis que les pilules progestatives ne l’augmentent pas. Mais une réponse statistique n’est pas une réponse individuelle.

La pilule augmente légèrement le risque vasculaire et les femmes migraineuses de moins de 40 ans ont en plus un risque vasculaire légèrement supérieur. C’est pourquoi il faut une nouvelle fois répéter le rôle néfaste du tabac

Pilule + Migraine + tabac multiplie par 35 fois le risque vasculaire

Brèves avril 2017

Une nouvelle étude publiée est arrivée à la conclusion que la stimulation cutanée à distance peut réduire de façon significative la douleur due à la migraine et représente une option thérapeutique non pharmacologique intéressante et peu onéreuse.

L’essai prospectif a impliqué 71 patients atteints d’une migraine épisodique qui avaient entre deux et huit crises par mois et sans traitement de fond.

Pose d’un patch doté d’électrodes cutanées sur la partie supérieure du bras peu après l’apparition d’une crise, pendant 20 minutes et éviter de prendre des médicaments pendant deux heures. Les dispositifs ont été programmés pour administrer de manière aléatoire une stimulation placebo à très faible fréquence ou une stimulation active à l’un des quatre niveaux prévus. 

Sur les 299 traitements pour lesquels des données étaient disponibles, une réduction de la douleur de 50 % a été obtenue pour 64 % des participants durant la stimulation active aux trois niveaux les plus élevés, contre 26 % durant la stimulation factice.

Les auteurs ont émis l’hypothèse que ce phénomène était probablement dû à l’activation des voies d’inhibition descendantes de la douleur.

Les chercheurs ont également découvert que le fait de commencer la stimulation dans les 20 minutes suivant l’apparition de la migraine s’avérait le plus efficace.